Depuis plusieurs années, nous sommes confrontés aux rumeurs mensongères lancées par les opposants du projet. Et leur technique la plus rodée consiste à attiser les peurs en faisant croire à la population que la ligne sera réouverture pour du trafic de marchandises. Mettons fin à cette rumeur.

Un coût de réouverture exhorbitant

L’opportunité de rouvrir la ligne au trafic de marchandises a été étudiée en 2002 par le consortium RFF/Semaly/Isis. 3 scénarios en sont sorti :

Seul le scénario 3 est retenu à l’issue de l’étude. Et encore, il est jugé «incertain et risqué» par Réseau Ferré de France. Mais surtout, il représente un investissement 5 fois supérieur aux actuelles prévisions pour une réouverture au trafic de voyageurs. Impensable aujourd’hui d’imaginer les collectivités investir une telle somme pour un scénario jugé risqué.

Une capacité insuffisante pour être rentable

Même doublée, la seule portion Evian-St-Gingolph ne pourrait pas proposer assez de sillons (créneaux) pour que sa réouverture au trafic marchandises soit jugée rentable. A l’ouest, la ligne Evian-Longeray, avec ses 55 sillons journaliers, est déjà saturée. La seule solution serait de doubler toute la ligne Longeray-St-Maurice pour plus de 600 M€ !

Un itinéraire inintéressant pour les entreprises

L’étude de 2002 nous rapporte que, à cause des plusieurs rampes importantes (15 à 18 %o), il faudrait deux locomotives pour tracter un convoi de marchandises. De plus, à cause des nombreuses courbes qui jalonnent la ligne, la vitesse des convois serait limitée à 60-70 km/h. L’étude parle de temps de parcours «très longs» et d’«incertitudes» dans l‘exploitation. Quelle entreprise voudrait mettre en place un tel dispositif quand, au nord du Léman, les trains roulent à 120 km/h avec une seule locomotive ? Déjà en 1988, dernière année d’exploitation de la ligne Evian-St-Gingolph, seules 20’000 tonnes de fret ont transitées par cet itinéraire. En comparaison, l’axe Fréjus-Brenner a vu transité 79 millions de tonnes de marchandises la même année.

Stop aux rumeurs ! Un trafic de marchandises au sud du lac Léman est impossible.

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!